Le désastre du PSG à Nantes

Le PSG, c’est ça. Il a deux visages. Il est capable de danser pendant 90 minutes contre le Real Madrid en huitième de finale aller de la Ligue des champions, puis d’être un désastre quelques jours plus tard à Nantes. La défaite est sans conséquence, car la Ligue 1 est terminée, mais c’est un sérieux avertissement surtout pour la visite au Bernabeu. Ils étaient menés 3-0 à la mi-temps et à Madrid, vous payez cela par l’élimination.

La première mi-temps a été une véritable débâcle du PSG. Un désastre. Pas à cause d’un mauvais jeu, parce qu’ils ont créé des occasions de donner et de prendre, mais ils n’en ont obtenu aucune. Tout le contraire de Nantes, qui a mis tout ce qu’il avait dans les filets. Juan Bernat aurait pu changer le cours du match mais Lafont a commencé son « show » d’arrêts en sauvant son premier un contre un. Il y avait plus à venir.

Dans le mouvement suivant, le but de Nantes. Une contre-attaque classique que Kolo Muani a terminé à la perfection. Puis ce fut le tour de Messi, qui manqua un nouveau face-à-face avec Lafont après une belle action individuelle. Mbappé n’était pas moins impressionnant et manquait l’un de ses tirs curling au long poteau.

Nantes continuait à suivre son propre chemin. Merlin réalise un chef-d’œuvre avec un tir de la limite de la surface qui s’envole dans la lucarne. Keylor n’a pas pu l’atteindre malgré son sauvetage. L’avance de 2-0 a assommé le PSG, qui a continué à gaspiller son jeu offensif. Lafont a même eu un trois contre un que Lafont a démantelé avec un arrêt purement intuitif dans un un contre un avec Neymar. L’échec du Brésilien était incompréhensible.

Le coup de grâce est intervenu dans les arrêts de jeu. La main de Wijnaldum, repérée par la VAR, a donné lieu à un penalty que Blas a transformé juste avant de rejoindre les vestiaires. 3-0. Personne n’y croyait, mais le PSG devait gravir l’Everest en seconde période s’il voulait faire une percée.

Une minute et 11 secondes. C’est le temps qu’il a fallu à Neymar pour poser la première pierre du retour. Le Brésilien a réduit l’écart juste après la pause. Son premier but après sa blessure. Le PSG se déchaîne et « Ney » a l’occasion de se rapprocher du tableau d’affichage grâce à un penalty de Mbappé. Mais le « 11 » a manqué. Il l’a pris faiblement, mal, mais ça n’aurait pas pu être pire. Et bien sûr, Lafont a deviné le côté.

Si ce n’est pas le gardien de but, Girotto est apparu providentiellement pour empêcher le but de Leo Messi. Mais pour l’erreur de Kylian. Seul, dans la surface de réparation, il envoie le ballon au-dessus de la barre transversale. C’était la meilleure preuve qu’aujourd’hui n’était pas le jour pour le PSG, qui a fini déséquilibré. Une importante prise de conscience.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.